Sabine est rentrée tard du travail, fatiguée et grincheuse. La journée avait été longue à la fin d’une longue semaine, et elle avait mal aux pieds lorsqu’elle a enlevé ses chaussures à la porte et s’est affalée dans son fauteuil préféré, sa mallette déposée à ses côtés.

Joachim, son mari, l’a vue assise là depuis la cuisine. « Journée difficile ? » Il a demandé.

« Je n’ai même pas envie d’en parler. » Elle a répondu. Tous deux âgés de 30 ans, ils n’étaient mariés que depuis quelques années. Mais ils s’entendaient bien et partageaient des goûts similaires là où ça comptait vraiment.

« As-tu dîné ? » Joachim a demandé. Il était grand, avec des yeux bruns et de larges épaules contre lesquelles Sabine aimait se blottir. Il jouait encore au softball dans une ligue les week-ends et était en bonne forme.

« J’ai déjeuné tard. Je n’ai pas très faim », a-t-elle répondu. « Je veux juste prendre un long bain et aller me coucher. »

Joachim a regardé les cheveux noirs de Sabine, ses yeux et ses lèvres elfiques pointus, sa peau olivâtre, et a souri. « Cela semble être une bonne idée. Va donc faire couler le bain et je vais te préparer un verre. »

Sabine a souri pour la première fois depuis des heures. « Ok. Ça a l’air bien. Merci. » Et c’était tout ce qu’il fallait dire pour l’instant.

Pendant qu’elle faisait couler le bain, elle se sentait mieux rien qu’en ayant Joachim si gentil. Elle a enlevé ses vêtements et, debout dans son soutien-gorge et sa culotte, a ajouté quelques bulles à l’eau fumante. Elle a ensuite enlevé les sous-vêtements, s’est glissée dans la chaleur humide de la baignoire et a immédiatement senti ses muscles endoloris se détendre. Elle a soupiré. Un moment plus tard, Joachim est entré. Il portait un grand verre à martini avec un liquide bleu dedans. « Bleu ? » Sabine a demandé, en souriant. « Qu’est-ce que tu as fait cette fois ? »

« Un Cosmo aux myrtilles », a répondu Joachim.

« Mmm. Ça a l’air bon », a-t-elle dit, et elle a pris la boisson avec une main à moitié couverte de mousse.

Joachim est parti et est revenu une minute plus tard avec une boombox et quelques bougies. « Je pense que tu pourrais utiliser ça ce soir », a-t-il dit, et il a allumé un CD de musique électronique douce pour elle. Il a ensuite allumé les bougies et éteint les lumières. « Maintenant, détends-toi et profite. » Sabine a gloussé devant toute cette attention. Joachim a souri et est parti.

Dans la faible lumière des bougies, bien installée dans son bain chaud, se relaxant au son de la douce musique, elle a fermé les yeux et a enfin commencé à se sentir vraiment bien. Elle a pensé à la façon dont Joachim était terriblement gentil et qu’elle devrait lui donner un remerciement extra-spécial au lit ce soir. Elle a souri diaboliquement à cette pensée, les yeux toujours fermés. Hmm. Elle commençait à souhaiter qu’il entre dans la salle de bain et la rejoigne à ce moment précis. L’épouse sexy s’est penchée dans l’eau et a commencé à caresser lentement ses mamelons, puis une main est descendue plus bas jusqu’à son clito. Elle a frotté son clitoris et a laissé échapper un doux gémissement. Oh, les choses qu’elle allait faire à cet homme ce soir… une fois qu’elle aurait mis la main sur lui, bien sûr.

L’eau a fini par refroidir, alors elle est sortie de la baignoire et s’est séchée, se sentant revitalisée et, inutile de le dire, excitée. Elle a planifié ce qu’elle allait faire à Joachim : sortir dans le salon, ne portant rien d’autre qu’une serviette et un sourire, grimper sur ses genoux sur le canapé, lui mettre ses seins dans la figure tout en frottant l’entrejambe de son jean… oh, elle allait le rendre fou, et elle s’est regardée avec un sourire narquois dans le miroir en se brossant les cheveux.

Elle a éteint le CD et soufflé les bougies, et, enveloppée seulement dans la serviette, elle est sortie dans le hall. Elle a écouté mais la télévision n’était pas allumée dans le salon. La maison, en fait, était silencieuse.

« Joachim ? » Elle a appelé dans le couloir en direction du salon et de la cuisine.

« Ici », fut sa réponse depuis la chambre à l’autre bout du couloir.

Elle a ouvert la porte de la chambre et a vu que Joachim l’avait devancée. La pièce était sombre, à l’exception d’une faible lumière, ombragée par le tissu rose qu’elle aimait utiliser pour créer l’ambiance de leur chambre. Une musique plus douce était diffusée et Joachim était allongé nu sur le lit. Sa queue était encore molle, mais toujours impressionnante, et il l’avait rasée ainsi que ses couilles. Il avait un peu de poils sur la poitrine et les jambes, mais pas beaucoup. Sabine aimait ça. Il n’était pas terriblement musclé, mais avait une bonne forme, et Sabine a remarqué comment la lumière jouait sur la légère définition de ses épaules qu’elle aimait tant. Il a souri en voyant le regard de surprise sur son visage. Puis elle a souri en retour, ce même sourire diabolique qu’avant, et a laissé tomber sa serviette sur le sol. Joachim a regardé sa jolie silhouette, qu’elle gardait bien taillée en faisant du jogging tous les matins, et sa peau, douce à cause du bain chaud, ses seins serrés, sa chatte rasée et ses hanches pleines, et sa bite a tressailli.

« Je vois que nous avons la même chose en tête », a-t-elle dit, et alors qu’il commençait à parler, elle s’est amusée à sauter sur lui sur le lit, en enroulant ses bras et ses jambes autour de lui. Ils se sont embrassés passionnément, et ont roulé un peu partout. Elle pouvait sentir qu’il devenait dur contre sa jambe. « J’allais te surprendre », dit-elle finalement, « mais tu m’as devancée ».

  Une femme de ménage latina douée pour la pipe

« Tu verras que je suis plein de surprises ce soir », a dit Joachim, et a sorti un bandeau en satin de derrière son oreiller.

Sabine a levé un sourcil et a gloussé. « Oh, vraiment ? » Elle a dit : « Eh bien, cette soirée pourrait devenir intéressante. » Elle a embrassé Joachim à nouveau et il a glissé le bandeau sur ses yeux.

« Maintenant, allonge-toi et détends-toi », a-t-il dit.

Dans l’obscurité du bandeau, Sabine a senti sa tête reposer contre son oreiller alors qu’il l’allongeait sur le dos sur le lit. Elle a tremblé de plaisir pendant que Joachim embrassait et léchait son cou, ses seins, son nombril. Puis elle a senti Joachim glisser quelque chose de doux et ressemblant à du tissu sur sa main droite. Avant qu’elle ne puisse dire quoi que ce soit, elle l’a senti se resserrer et elle a réalisé que c’était une corde douce. Elle a haleté d’impatience. Elle ne s’y attendait pas, mais elle était excitée à l’idée que cela se produise. Il a glissé une autre corde sur son autre main, et elle s’est aussi resserrée ; serrée mais pas douloureuse. Puis il lui a fait les pieds, léchant ses cuisses de façon taquine en descendant par là. Le fait de ne pas pouvoir voir ce qu’il faisait augmentait les sensations et l’anticipation. Elle était maintenant bien attachée au lit, ses bras et ses jambes étaient écartés, ses yeux étaient bandés et elle était toute mouillée. « S’il te plaît », a-t-elle supplié, « s’il te plaît, chéri. S’il te plaît, baise-moi. »

En réponse, l’épouse attachée a senti les doigts puissants de Joachim frotter fermement son clito et elle a gémi de plaisir. Elle a senti son souffle sur son cou et il a dit doucement, « Je le ferai, chérie, je le ferai. Mais juste une minute. » Et puis elle a senti qu’il se levait du lit et s’éloignait.

« Juste une MINUTE ? » Sabine a crié après lui. Mais il avait quitté la pièce. Elle n’était pas en colère, pas vraiment, mais oooh, elle était tellement frustrée à ce moment-là. Il l’avait complètement excitée, travaillée, attachée et les yeux bandés et ensuite il QUITTE LA PIÈCE ? Ok, maintenant elle s’énervait un peu, et son humeur était brisée. Qu’est-ce qui pouvait bien être si important à ce moment-là ?

Une voix de femme a dit : « Mon Dieu, mon Dieu, qu’avons-nous là ? ».

C’était doux, tendre et sophistiqué. La femme souriait visiblement en parlant. Elle avait l’air plus jeune, pourtant, dans les vingt ans.

Sabine s’est figée. Elle ne savait pas quoi dire sur le moment. Mais elle a immédiatement été excitée à nouveau, encore plus qu’avant. Son mari avait invité une femme à se joindre à eux ?

« On dirait une demoiselle en détresse ». Une voix d’homme a dit. Il avait aussi l’air d’avoir une vingtaine d’années, une voix riche, pas trop profonde, mais aussi gentille et avec de l’humour dans son expression.

Pourtant, c’était trop de surprises, et Sabine s’est étouffée : « Euh, Joachim… ». Mais ensuite, elle l’a senti s’allonger à nouveau sur le lit à côté d’elle. Son souffle était chaud dans son cou.

« C’est un des gars de l’équipe, chérie. Et sa femme. Ils sont tous les deux VRAIMENT sexy, aussi. » Il a dit cela avec un sourire en coin dans la voix. Puis de nouveau avec douceur. « Ils sont en train de se déshabiller en ce moment. J’aimerais que tu puisses les voir. »

« Yessss. » dit Sabine. Puis : « Quel ami de l’équipe ? » Sarah les avait tous rencontrés, ainsi que beaucoup de leurs femmes, mais pour être honnête, elle ne pouvait pas associer ces voix à des visages. Du moins pas encore.

« Tu le sauras bien assez tôt », a dit Joachim. « Pour l’instant, ne t’en fais pas. » Encore cette voix enjouée. « Oh, mais », a-t-il ajouté, « elle a les cheveux roux ». Sabine a souri en se mordant la lèvre. Qui diable avait des cheveux roux et était la femme d’un de ses amis ?! Oh et bien, ça n’avait pas d’importance pour le moment ! Elle a relevé la tête pour l’embrasser, ses lèvres ont rencontré les siennes et ils se sont embrassés passionnément. Elle l’aimait tellement pour connaître ses fantasmes et les lui procurer de cette façon.

La femme attachée dégoulinait à nouveau maintenant. L’excitation, non seulement de jouer avec un autre couple, mais de ne pas savoir exactement qui ils étaient, était trop forte pour elle. Elle s’est tortillée dans ses cordes, souhaitant que quelqu’un la baise, la lèche ou autre chose, MAINTENANT !

Soudain, elle a senti des doigts doux sur ses hanches, et une langue qui léchait son clito percé, et elle a gémi et ses hanches se sont dérobées. Oh, c’était TELLEMENT bon ! Sabine a instinctivement su que c’était la fille qui venait de lui descendre. Elle a ensuite entendu la fille dire « Mmmmm », puis continuer à lécher ses plis. Les hommes étaient tout près. Ils ont commencé à toucher, embrasser et caresser le corps nu de Sabine, étalé sur le lit devant eux. Ils ont doucement passé leurs doigts dans les longs cheveux roux de l’autre femme, l’encourageant alors qu’elle enfouissait son visage entre les jambes de Sabine, la dévorant avec avidité. En quelques minutes, Sabine, qui était prête à jouir depuis le moment où Joachim l’a attachée, a explosé bruyamment dans un énorme orgasme, la langue de la rousse lui léchant le clito pendant tout ce temps.

Alors que Sabine haletait et reprenait son souffle, la rousse est remontée sur ses genoux et s’est essuyé le menton avec le dos de sa main. « Mmmmm, » a-t-elle dit, « c’était délicieux. J’en avais besoin. »

Sabine, contente de son premier orgasme mais pas encore presque rassasiée, a tiré sur ses liens et a dit, fermement, « Je veux te goûter. Nourris-moi. » Personne ne savait exactement à qui elle s’adressait, mais tout le monde était heureux de rendre service. Les garçons étaient les plus proches et, agenouillés au-dessus de son visage, un de chaque côté, ont plongé leurs bites vers sa bouche ouverte. Leurs têtes de bite se sont frottées l’une contre l’autre et Sabine les a léchées toutes les deux. Puis Joachim a déplacé son poids et, s’appuyant sur son copain pour le soutenir, a glissé sa bite dans la bouche consentante de Sabine. Elle a refermé ses lèvres humides dessus et l’a absorbée avec un « Mmmmm » satisfaisant. Toujours incapable de voir, Sabine a senti la bite de l’autre homme frotter sa joue, et elle a tourné la tête pour la prendre. La bite de Joachim a quitté sa bouche avec un bruit sec, puis elle a ouvert grand la bouche pour accueillir la nouvelle bite. Elle était un peu plus grosse que celle de Joachim, avec une belle tête en forme de champignon. Elle avait un goût très propre et doux. Elle l’a absorbé autant qu’elle le pouvait.

  Erreur de pipe en état d'ébriété

Les hommes se sont relayés pour se faire sucer la bite de cette façon pendant quelques minutes pendant que l’étrange femme frottait et léchait les seins de Sabine. Sabine voyait bien que les hommes devaient être tout contre l’autre pour pouvoir la nourrir comme ça. Mais que faisaient-ils d’autre ? Se touchaient-ils ? S’embrassaient-ils ? Elle devait voir. Et elle devait aussi avoir cette femme. Peu importe qui elle était.

« S’il te plaît », a finalement dit Sabine, après plusieurs minutes de suçage de bites. « S’il te plaît, détache-moi. S’il te plaît, laisse-moi voir. S’il te plaît. »

« Ok, chérie », a-t-elle entendu Joachim dire. Ses jambes ont d’abord été déliées et elle les a étirées. Un moment plus tard, sa main droite était libre, et avant même que l’autre ne soit détachée, elle a arraché le bandeau des yeux. Elle a vu, assis devant elle sur le lit, un homme avec un sourire mignon, certainement dans la vingtaine, le corps complètement lisse, de superbes abdos et une belle bite dure de 18cm avec une grosse tête au bout. Sabine le reconnaissait maintenant comme l’arrêt-court de l’équipe, Samir. Joachim était en train de détacher la dernière contention. Et derrière Samir, la main sur son épaule, regardant timidement Sabine, se trouvait une superbe femme à la peau pâle, aux longs cheveux roux luxuriants, aux petits seins et aux courbes pleines.

« Tu te souviens de Samir ? » dit Joachim, en jetant les cordes sur une chaise et en s’asseyant à nouveau sur le lit à côté de sa femme. « Mais je ne pense pas que tu aies jamais rencontré sa femme, Carole. »

« Salut. » Carole a dit, et a enfoui son sourire dans l’épaule de Samir.

« Salut », a répondu Sabine, stupéfaite de la beauté de cette femme devant elle, et un peu sans voix de rencontrer ces gens APRÈS avoir déjà fait l’amour avec eux.

Il y a eu une pause gênante, et Carole a dit « Hum, eh bien… et maintenant ? ».

Sabine est sortie de sa rêverie et n’a pas perdu de temps. « Viens ici », a-t-elle dit à Carole, et elle a tendu la main vers elle autour de Samir. Samir s’est déplacé sur le côté et les deux femmes se sont enlacées dans un long baiser passionné, leurs mains explorant les seins et les chattes de l’autre. Joachim s’est assis à la tête du lit et Samir l’a rejoint. Ils se sont assis l’un contre l’autre et ont regardé leurs femmes s’embrasser et se toucher. Sabine était en extase avec Carole. La peau de Carole était douce et ses baisers sucrés, et sa chatte – Sabine pouvait sentir une petite plaque de poils roux juste au-dessus lorsqu’elle en caressait les plis – était chaude et humide comme du velours liquide. Elle a commencé à descendre le long du corps de Carole, léchant et suçant ses tétons pendant un moment alors que Carole passait ses doigts dans les cheveux de Sabine. Puis Sabine a embrassé son petit ventre et son aine et a finalement atteint son monticule de poils roux et elle a enfoncé sa bouche sur son clitoris et a commencé à le sucer et le lécher pendant que Carole se cambrait en arrière jusqu’à ce qu’elle soit couchée sur le dos, les jambes tirées vers le haut et ouvertes pour que Sabine puisse lécher et sucer sa chatte. Carole a gémi et gémi pendant que Sarah la léchait pendant de nombreuses minutes, et finalement Carole a joui avec un gros gémissement fort et, épuisée, a baissé ses jambes sur le lit à nouveau. Sarah est remontée sur le corps de Carole et elles se sont embrassées.

« Ça », a dit Carole, à bout de souffle, « était incroyable. Merci. »

« Merci à toi », a dit Sabine, en se frottant à la poitrine de Carole entre son menton et ses seins. C’est alors qu’elle s’est finalement souvenue de leurs maris, dont elle a réalisé qu’ils les observaient patiemment depuis je ne sais combien de temps maintenant. Elle s’est retournée et a regardé vers la tête du lit, s’attendant à voir les hommes fixer les femmes et jouer avec eux-mêmes. Ce qu’elle a vu, c’est qu’ils étaient tous les deux enfermés dans un 69 en haut du lit, avec Joachim en bas, se faisant baiser le visage par la grosse bite lisse de Samir. Samir tenait les cuisses de Joachim enfermées dans ses coudes tandis qu’il montait et descendait furieusement sur la bite tout aussi lisse de Joachim, s’arrêtant de temps en temps pour la branler avec sa main, la frotter sur son visage et recommencer à la sucer. Les deux hommes gémissaient et gémissaient comme des fous, mais pas trop fort. Elle se demandait comment elle avait pu manquer ça avant. Mais là encore, elle avait été très concentrée sur Carole, et elles avaient tous deux fait beaucoup de bruit elles-mêmes.

  Je suce la bite de mon meilleur ami

C’était tellement sexy de regarder Joachim sucer la bite d’un autre homme. Elle et Carole se sont redressés, se tenant toujours doucement l’un l’autre, les yeux rivés sur leurs maris. Sabine était terriblement excitée de voir ces deux hommes sexy se sucer avec tant d’avidité. C’était encore plus excitant que le porno gay et bisexuel qu’elle et Joachim regardaient parfois ensemble. Elle s’est approchée et a commencé à masser le cul et le trou du cul de Joachim. Elle a mouillé ses doigts et en a glissé un dans son mari. Il a gémi de plaisir, la bouche trop pleine pour dire quoi que ce soit de compréhensible. Elle savait qu’il aimait ça, et que la sensation d’être sucé et baisé en même temps faisait bondir Joachim. Une fois qu’il s’est détendu, elle a enfoncé un autre doigt. Elle pensait à mettre sa gode-ceinture et à le baiser comme il faut, mais elle ne voulait pas quitter des yeux les deux hommes enfermés dans leur frénésie d’enculage. Carole s’est mise derrière son mari et a commencé à lui lécher le cul et les couilles. Samir a gémi en appréciant.

Très vite, les hommes se sont arrêtés et Samir a roulé sur Joachim. Joachim était réticent à l’idée d’arrêter de sucer la queue de Samir. Joachim voulait que Samir jouisse sur sa bouche quelque chose de terrible. Mais cela pouvait attendre. Il pouvait voir sa femme choquée et chaude en regardant Samir et lui ensemble. Lui et Samir avaient regardé Sabine descendre sur Carole pendant un moment, s’asseyant l’un contre l’autre et frottant leurs bites respectives pendant quelques minutes, jusqu’à ce que Joachim descende finalement sur la bite de Samir et que les deux se retrouvent dans leur fort 69. Mais maintenant, en revoyant sa femme, il avait envie de la baiser et savait qu’elle voulait la même chose. Elle s’est allongée et s’est étalée devant lui, il s’est allongé sur elle et l’a pénétrée.

Sa chatte était si bonne autour de sa queue, chaude et humide. Elle était tout aussi excitée d’avoir enfin une bite en elle ce soir. Ils ont tous les deux gémi de plaisir. « Tu t’amuses bien, bébé ? » Joachim a demandé à Sabine.

« Oh, oui, chérie », a-t-elle répondu en retour, et ils se sont embrassés tout en baisant.

Samir s’était allongé sur le lit à côté d’eux et Carole était à cheval sur sa queue. Elle le chevauchait et touchait ses seins en regardant le cul de Joachim monter et descendre, les jambes de Sabine s’enroulant autour de lui.

Joachim se préparait à jouir, mais il n’en avait pas encore envie. Il savait exactement comment il voulait que ça se passe. « Viens ici, bébé », a-t-il dit, il l’a fait tourner et a tiré les fesses de Sabine en l’air vers lui. Il l’a montée par derrière. Elle se sentait plus serrée de cette façon, et c’était bien d’être au-dessus de son ventre. Il pouvait pousser plus librement de cette façon. « Carole, lèche-nous », dit-il, doucement mais résolument. Carole s’est allongée sur le dos et a mis sa tête entre les jambes de Joachim. Sabine et lui ont senti la langue humide de Carole lécher à la fois le manche de sa queue, sa chatte et son clitoris pendant qu’il pénétrait et sortait d’elle. Cela a intensifié la sensation pour tous les deux. « Samir, je veux que tu viennes sur mon visage », a dit Joachim ensuite. La chatte de Sabine s’est contractée à ces mots. Samir s’est levé contre la tête de lit devant le couple monté, et a contourné et enjambé Sabine pour donner sa queue à Joachim. Joachim l’a prise avidement et a commencé à la sucer. Tout le monde se plaignait et gémissait. Il n’a fallu que quelques minutes de la sensation incroyable de baiser Sabine, d’être léché par Carole et de sucer Samir – plus les sons et les odeurs de sexe chaud qui imprègnent la pièce – pour que Joachim atteigne sa limite de tolérance. Tout était si bon et il ADORait jouir avec une bite dans la bouche, et soudain, il a commencé à jouir et à tirer partout à l’intérieur de Sabine. Il a gémi bruyamment avec la tête de bite grasse et humide de Samir encore fermement logée dans sa bouche, et a sucé d’autant plus qu’il venait. Une partie de son sperme a coulé de Sabine et il pouvait sentir Carole le lécher sur son manche et sa chatte. Puis soudain, Samir s’est mis à gémir bruyamment et Joachim s’est levé et a branché la bite de Samir dans sa bouche ouverte et sur tout son visage. Sa bite est sortie de Sabine pendant qu’il faisait cela et Carole l’a rapidement avalée en profondeur, en suçant tout le sperme qu’elle contenait. De même, une fois que Samir a cessé de jouir et de se déhancher, Joachim a ouvert sa bouche avec avidité et a dit, de force, « Nourris-moi ». Samir s’est penché et Joachim a sucé et léché avec amour tout le sperme restant sur sa queue, même si la plupart était déjà sur son visage et sa langue.

Enfin, Carole s’est assis et Sabine s’est couchée sur le ventre sur le lit, et elle a soupiré et ri, et tous les autres se sont détendus et ont recommencé à bouger eux aussi. Ils se sont tous allongés l’un à côté de l’autre dans le grand lit, se sont blottis l’un contre l’autre et ont ri à nouveau.

« Eh bien, » dit Sabine avec un air de satisfaction heureuse, « c’était une surprise inattendue. »

« Mais j’espère qu’elle était agréable ? » A demandé Joachim.

Elle a juste fait un énorme sourire et l’a embrassé, et ils se sont tous blottis dans leur gros tas nu heureux.