Cinq ans de travail pour la station d’information numéro un de la région métropolitaine m’ont permis d’obtenir le statut de grand reporter. Habituellement, l’objectif principal dans la radiodiffusion est le bureau du présentateur, mais pour l’instant, j’aimais aller à la rencontre des gens et ne pas me contenter de leur sourire derrière un bureau. Mon diplôme de journalisme et ma beauté naturelle m’ont permis de grimper rapidement dans la chaîne des reporters. Oui, mon physique de « concours de beauté » m’a aidé dans un domaine aussi visuel. J’avais un jour pensé à colorer mes cheveux blonds plus foncés pour éviter le stéréotype de la « blonde idiote », mais je pense que la couleur d’origine m’a bien réussi. De longues jambes et une silhouette plantureuse n’ont pas fait de mal non plus. Mon caméraman Marc a dit que c’étaient mes yeux qui attiraient les gens et les captivaient. Je suppose qu’il aime le bleu.

En mission, mon activité préférée, mon caméraman Marc, mon responsable de l’éclairage et du son Thierry et moi-même nous sommes rendus dans une région reculée de Bulgarie. Il y avait eu une épidémie de tornades inhabituellement active et, pour une raison quelconque, c’était une nouvelle pour les cuivres de notre station. En traversant une petite ville décimée par une tempête récente, nous avons déballé le matériel et filmé quelques images à distance pour que la station les intègre dans le reportage une fois que nous aurons filmé mon reportage plus tard. La journée s’est écoulée en parlant aux victimes, aux responsables de la police, aux observateurs météo et aux météorologues. Finalement, un peu fatiguées et prêtes à se reposer, nous sommes arrivées toutes les trois à l’hôtel qui nous avait été assigné… plutôt un de ces petits motels de petite ville… et avec nos sacs, nous sommes allées à la réception.

« Bonjour, je suis Aurélie de BFM. Nous devrions avoir trois chambres réservées. » J’ai souri de cet infâme sourire de la télévision à la femme plus âgée derrière le bureau.

En retour, j’ai eu droit à un soupir hagard et à des excuses : « Je suis désolée hun mais à cause des tempêtes, nous ne pouvons pas honorer les réservations. Nous n’avons pas trois chambres mais nous pouvons t’en donner une. » La dame s’est retournée et a trouvé une clé de chambre… la bonne vieille clé, une vraie… et me l’a donnée.

« Oh génial… et bien les gars… on dirait qu’on va devoir dormir ensemble. » Je devais glousser en voyant mon utilisation de l’argot du pays.

En marchant vers la chambre, les gars ne se sont pas plaints, principalement parce qu’ils étaient épuisés. Marc est retourné au fourgon de reportage pour prendre quelques articles plus chers et plus grands, comme sa caméra, pour les enfermer dans la chambre avec nous.

En ouvrant la porte, nous avons trouvé une chambre charmante et étonnamment propre, équipée d’une télévision, d’un petit réfrigérateur, d’une table avec des chaises, d’un petit canapé et d’un lit king-size. C’est maintenant qu’arrivent les gémissements car les gars ont vraiment réalisé qu’ils allaient devoir dormir sur le sol ou sur une chaise. Nous nous sommes tous relayés pour faire le ménage et nous changer pour des vêtements plus confortables. Pour moi, cela consistait en un T-shirt et un petit short de course. En travaillant si près de ces deux gars pendant des années, ils m’avaient souvent vue sans maquillage, alors ça ne me dérangeait pas du tout.

En me laissant tomber sur le lit à plat ventre, je me suis étirée et j’ai soupiré de confort. Marc, un grand noir d’1m80 très musclé, essayait de s’installer confortablement sur l’une des chaises mais n’avait pas beaucoup de chance. Thierry, un blanc élancé d’1m80 aux yeux et aux cheveux noirs, n’avait pas non plus de chance avec le canapé.

Me sentant coupable puisque ces gars étaient mon soutien et ma force là-bas, j’ai soupiré en gloussant : « Vous ne pourrez jamais dormir comme ça ». Les deux ont accepté.

Juste à ce moment-là, le grondement sourd du tonnerre est arrivé à l’extérieur. Marc s’est levé et est allé à la fenêtre pour jeter un coup d’œil à travers les rideaux. « On dirait qu’il va pleuvoir. » Sa voix presque aussi grave que le tonnerre a grondé jusqu’à nous. La foudre a frappé non loin de là et je n’ai pas pu m’empêcher de crier au boom très fort.

  Jeune salope baise avec 3 pompiers

Voyant que j’étais très secouée, Thierry est venu s’asseoir à côté de moi sur le lit, « Hé Aurélie… c’est juste un orage ».

Visiblement tremblante, j’ai hoché la tête, « Oui mais je ne les supporte pas. »

Marc s’est approché et s’est assis de l’autre côté de moi, « On dirait que tu es sur la mission parfaite alors hein ? ». Son rire m’a fait sourire et j’ai frappé son biceps épais avec ma main pour jouer.

« Viens … ce lit est assez grand pour nous tous … allons dormir un peu. » J’ai fait un signe de tête vers le lit et j’ai haussé les épaules. Cela n’avait pas d’importance pour moi que nous dormions tous dans le même lit. Je suppose que cela n’avait pas d’importance pour Thierry ou Marc non plus car ils se sont levés et sont allés de chaque côté du lit. Les deux avaient rapidement enlevé leurs chaussures et leurs chemises… Marc est même allé jusqu’à se déshabiller en caleçon… et ont grimpé dans le lit. J’avais déjà reculé au centre du lit et je m’installais.

« En plus, comme ça, vous pourrez tous les deux me protéger de la… » Comme pour illustrer ma phrase, un gros coup de tonnerre a suivi un éclair lumineux. J’ai bondi presque jusqu’au ciel et j’ai avalé un glapissement. De sous les couvertures, j’ai senti la main de Thierry prendre la mienne alors qu’il se tournait sur le côté pour me faire face. En prenant ma main, la sienne a dû se poser sur le plat de mon ventre où se trouvait la mienne. J’ai regardé dans ses yeux profonds et j’ai été surprise d’y voir un peu plus que du réconfort amical. Je me suis retournée pour lui faire face et sa main a glissé sur mon côté. « Ça va aller Aurélie. »

« Oui, il ne t’arrivera rien de mal ». La voix de Marc est venue de derrière moi alors qu’il était maintenant sur le côté, face à moi.

D’une manière ou d’une autre, la tempête s’est calmée et nous avons tous les trois sombré dans un sommeil bien nécessaire. Cependant, au milieu de la nuit, un autre orage a décidé de nous rendre visite. Un fort coup de tonnerre m’a réveillé de mon sommeil où j’ai découvert que ma tête était sur la poitrine de Thierry et que la main de Marc était sur ma hanche, au bord de l’ourlet de mon short. Marc a dû me sentir bouger car il s’est réveillé et a demandé en dormant : « Hé… qu’est-ce qui se passe ? ».

Un éclair a illuminé la pièce et a répondu pour moi. « Shh… c’est bon. » Marc a chuchoté à mon oreille. Son souffle chaud contre mon oreille m’a donné un frisson et m’a électrisée plus que l’éclair n’aurait pu le faire.

Je dois admettre que j’ai toujours trouvé Thierry et Marc très beaux, mais rien de plus qu’un flirt n’avait jamais eu lieu entre nous. Mais maintenant, Marc a dû sentir la réaction de mon corps à son murmure car je pouvais sentir sa main descendre le long de ma cuisse. En lui tournant le dos, je suis restée allongée en me demandant si cela se passait vraiment ou si mon imagination débordante prenait à nouveau le dessus.

Le tonnerre m’a fait sursauter et la grande main forte de Marc a glissé le long de mon corps et sur le plat de mon ventre pour s’enrouler autour de moi. « Rappelle-toi ce que j’ai dit… Je ne laisserai rien de mal t’arriver ». Un autre murmure entêtant dans mon oreille avant que sa langue ne lèche le bord jusqu’au lobe. J’ai poussé un soupir de plaisir lorsqu’il a pris le lobe de l’oreille entre ses dents et l’a tiré puis sucé.

La main de Marc n’a pas perdu de temps pour glisser le long de mon torse et attraper mon sein gauche sous ma chemise. Comme je suis une DD, il y avait beaucoup de choses que sa main pouvait tenir. En pétrissant cette chair dodue, j’ai gémi et réveillé Thierry. Ma tête était juste à côté de son épaule, alors je suppose qu’il pouvait aussi sentir mes respirations rapides et chaudes. Pendant un instant, j’ai cru qu’il allait se dégonfler ou paniquer, mais au lieu de cela, il m’a simplement souri et Marc.

  Lécheur de chatte pour la soirée

L’éclair et le tonnerre se sont combinés pour me faire grimacer, mais ce qui m’a fait écarquiller les yeux, c’est que Thierry a roulé pour me faire face à nouveau. « Il n’y a pas de quoi avoir peur, Aurélie ». Il a parlé avec son charmant sourire. Thierry s’est penché et m’a embrassé en n’épargnant pas sa langue qui a franchi mes lèvres.

Pendant ce temps, Marc remontait ma chemise pour qu’elle ne gêne pas ses doigts qui pinçaient et faisaient rouler mes tétons. Je pouvais sentir ses dents ratisser la nuque et ma chatte devenait de plus en plus humide à chaque seconde. Cela m’a presque époustouflé d’avoir deux gars qui me séduisent en même temps !

Par derrière, j’ai senti Marc pousser son boxer contre mon cul et par devant, j’ai senti le bourrelet couvert de jean de Thierry s’enfoncer dans ma chatte. Les deux hommes ont commencé à enfoncer leurs bites raides dans mon corps et j’ai admiré la longueur de Marc et l’épaisseur de Thierry.

En gémissant à la sensation merveilleuse que cela procurait, j’ai ouvert un peu mes jambes et Thierry a descendu une main.

La main de Marc a quitté ma poitrine et avec Thierry, ils m’ont tous deux libérée de ce petit short de course. Bientôt, ma chemise était aussi enlevée et j’étais nue entre les deux hommes. Les mains se sont tâtées et les lèvres se sont embrassées. Les langues se sont goûtées alors que les deux hommes léchaient ma peau. Thierry léchait entre mes seins et Marc était entre mes jambes, sur mon postérieur. Je pouvais sentir sa langue qui léchait de ma chatte rasée et humide à mon anus et vice-versa.

Thierry a pris un téton tendu dans sa bouche et l’a mordillé en serrant les dents de temps en temps. Marc a écarté les lèvres de ma chatte et a enfoncé sa langue profondément en moi puis a effleuré mon clito avec le bout de sa langue. J’ai gémi bruyamment et un coup de tonnerre a résonné.

Thierry s’est redressé et Marc a fait en sorte que mes fesses soient en l’air pendant qu’il posait sa tête sous ma chatte pour continuer à me manger. Maintenant à genoux et sur mes coudes, Thierry a baissé son jean pour être nu et s’est assis sur le lit.

Mes yeux se sont instantanément dirigés vers sa bite épaisse et dure qui ressortait fièrement, palpitante d’excitation. J’ai bougé et Marc a bougé avec moi. Le bruit qu’il faisait en me faisant slurper était presque aussi fort que la pluie dehors.

Voyant ce que Thierry voulait, j’ai enroulé ma main autour de la base de sa queue et l’ai dirigée dans ma bouche chaude. Je n’avais encore jamais descendu sur quelqu’un d’aussi épais que lui, alors ma bouche a été remplie instantanément. Je n’arrivais pas à croire à quel point il avait bon goût alors que le précum coulait sur ma langue. Marc enfonçait maintenant sa langue en moi comme une bite lisse et poussait légèrement mon trou du cul avec un doigt.

Plus Marc me rapprochait de l’orgasme, plus je suçais en gorge profonde Thierry avec force. Marc a enfoncé son doigt épais dans mon cul, ce qui m’a fait hurler. Ce cri était étouffé à cause de la quantité de grosse bite que j’avais fourrée dans ma bouche. Presque instantanément, j’ai joui en jaillissant dans la bouche suceuse de Marc. Même si c’était difficile, j’ai continué à sucer Thierry en bougeant ma tête autant que possible de haut en bas.

Marc a maintenant bougé et j’ai entendu sa voix grave, « Tiens bon bébé ». C’est alors que j’ai senti quelque chose écarter les lèvres de ma chatte trempée. Il m’a fallu une seconde pour réaliser que c’était sa queue ! Thierry regardait mon derrière et posait maintenant ses mains sur mes épaules. J’étais loin de me douter que c’était pour m’arc-bouter alors que Marc enfonçait sa bite de près de 20cmdure comme une pierre, à l’intérieur de moi. Il a poussé brutalement à l’intérieur de moi en étirant mes parois vaginales jusqu’à leurs limites. Il a poussé si fort en moi que la douleur s’est mélangée au plaisir.

Je n’ai pas pu m’empêcher de crier et cette fois ma voix a rempli la pièce lorsque j’ai dû me retirer de Thierry. Cela n’a pas duré longtemps car il a mis une main à l’arrière de ma tête et avec une poignée de cheveux, il m’a ramenée sur son poteau épais.

  Mon amant noir

J’ai poussé le bout de ma langue dans la petite fente d’un trou sur la tête de sa bite et j’ai fait sortir plus de précum. En suçant plus fort, je voulais le boire pendant que Marc enfonçait sa longue tige profondément dans mon sexe. Encore quelques succions et Thierry grogna sa libération dans ma bouche.

J’ai avalé autant que j’ai pu mais c’était difficile de tout faire entrer autour d’une queue aussi épaisse. Au moins deux bonnes giclées ont atterri sur mon menton puis sur mes seins alors que je me retirais de lui et le léchais comme une sucette.

Thierry a lâché mes cheveux et est resté assis, stupéfait, pendant que Marc me pilonnait. En grognant et en glapissant, je me suis levée et j’ai embrassé Thierry sauvagement alors qu’il prenait mes seins dans ses mains et les pressait brutalement. En hurlant, j’ai joui à nouveau, cette fois plus fort et plus longtemps.

J’avais la tête qui tournait lorsque Marc a annoncé son orgasme en gémissant et en me remplissant de semence. Il m’en a donné tellement qu’elle a débordé de ma chatte et a coulé sur nos deux jambes.

Mais j’en attendais encore plus car la tempête faisait rage à l’extérieur et à l’intérieur. Marc a continué à bouger même après avoir tiré sa charge. L’étroitesse de ma chatte a ramené sa queue à la vie assez rapidement. Notre sperme nous a tellement lubrifiés tous les deux qu’il s’est retiré facilement et a placé la tête maintenant raide de sa longue queue sur mon cul. « Oh mon Dieu Marc … baise-moi ! » Je l’ai supplié. N’ayant jamais eu quelqu’un qui fasse cela, j’étais très excitée qu’il le veuille. Marc a écarté les fesses de mon cul et a poussé contre le trou serré.

Mes bras commençaient à être fatigués, sans parler du fait que je tremblais à force de me tenir debout, alors Marc a pris mes hanches et m’a guidée pour me coucher sur le dos. En gardant la main sur mes hanches, il a ensuite glissé ses mains sous mes fesses et a soulevé mon derrière du lit. Il se tenait sur le sol au pied du lit et il fallait donc me soulever. J’ai ouvert grand les jambes pour l’aider à pénétrer dans mon cul.

Il a poussé doucement et grogné jusqu’à ce que la tête de son pénis engorgé glisse au-delà de l’anneau serré. J’ai haleté et gémi en tournant la tête pour regarder Thierry qui était assis nu à côté de moi sur le lit. Il regardait ce que Marc faisait et se caressait la bite. J’ai tendu le bras et il a déplacé sa main pour que la mienne puisse faire le caressage.

En se penchant, Thierry a pris dans sa bouche la plus grande partie de mon sein qu’il pouvait et a commencé à le sucer. Au début, c’était agréable, puis quand il a sucé plus fort, ça a commencé à faire un peu mal. En gémissant que ça faisait mal, j’ai essayé de lui dire mais il ne s’est pas arrêté. Marc ne s’arrêtait pas non plus, il a pompé ses hanches et a enfoncé petit à petit cette longue longueur dans mon anus. La douleur brûlante m’a fait crier car les deux hommes semblaient déterminés à me faire mal.

Mais comme les deux continuaient, j’ai appris que la douleur se transformait rapidement en plaisir. Thierry a finalement quitté ma poitrine au moment où j’étais sur le point d’atteindre l’apogée à cause de sa succion. En descendant le long de mon corps, il a mis sa bouche sur ma chatte humide et palpitante et a commencé à la sucer tout aussi fort. Marc s’est mis à baiser mon cul et Thierry s’est mis à lécher et sucer ma chatte.

Être soignée aux deux endroits comme ça me rendait folle. Mon dos s’est arqué, me poussant plus fort dans les deux hommes. Les deux ont travaillé sur moi jusqu’à ce que je jouisse deux fois, Marc a joui à nouveau dans mon cul et Thierry a joui partout sur ma main et ma poitrine. En respirant difficilement pour reprendre notre souffle, nous nous sommes tous effondrés sur le grand lit et avons écouté l’orage dehors. C’est drôle mais la prochaine fois que la foudre a frappé et que le tonnerre a grondé, je n’ai pas sauté.