En tant que fille célibataire, il y a des moments où tu dois travailler un peu plus dur pour trouver une bite dure avec laquelle jouer… J’ai quelques partenaires de plan cul réguliers, le mari de mon amie par exemple, et j’assiste à des événements et des fêtes locales, mais parfois tu as juste besoin d’un coup de main à court terme et ces soirs-là, j’aime bien commander de la nourriture et voir si le livreur de pizza est disponible….

Je crois que j’ai commencé à me faire une réputation à la pizzeria de mon quartier, chaque fois que je commande, ils semblent reconnaître mon adresse et je peux entendre une note complice dans la voix du gars au téléphone, ça ne me dérange pas, s’il sait que ce n’est pas vraiment la pizza qui m’intéresse…

L’autre soir, je me sentais particulièrement en manque et excitée, j’avais joué avec ma chatte tout l’après-midi, les doigts tournaient et plongeaient, les jouets bourdonnaient, mais je n’étais toujours pas satisfaite, j’avais désespérément besoin d’une langue glissante entre mes cuisses, de doigts rugueux pour tordre et pincer mes mamelons, d’une bite dure pour me faire étouffer et supplier… J’ai commandé une pizza et je suis sortie sur mon porche pour attendre….

Mon porche est entièrement clos avec une porte d’entrée en verre et le soir, avec les lumières allumées, tout ce que tu fais là est entièrement visible par mes voisins d’à côté. Il m’est arrivé de m’asseoir ici, c’est assez spacieux pour un canapé d’extérieur, chatte juteuse exposée, pour taquiner mon voisin pendant qu’il travaillait dans son jardin, mais ce soir, j’étais trop occupée à attendre ma livraison pour m’inquiéter de Roger mon voisin pervers. Je devrais probablement mentionner à ce stade que je portais un ensemble de lingerie violet – une guêpière avec des jarretelles et une ligne de petits nœuds le long de mon ventre, des bas noirs et une culotte violette avec un entrejambe fendu. Mes tétons, qui avaient été mis dans des ventouses pendant la plus grande partie de l’après-midi, étaient longs et durs, douloureux et sensibles à mon toucher, dépassant de la dentelle de la guêpière. Mes jambes étaient ouvertes, ma chatte entièrement exposée alors que mes doigts continuaient à titiller et à taquiner mon clitoris en attendant l’arrivée du livreur de pizza. L’anticipation et le désir me faisaient mouiller jusqu’à ce que je puisse presque goûter sa bite, chaude et dure dans ma bouche, et sentir ses doigts fantômes tirer cruellement sur mes mamelons gonflés…

Je contemplais rêveusement le jardin ombragé en attendant, jusqu’à ce que je voie mon voisin passer avec son sac poubelle pour la benne à ordures et que je le regarde jeter un coup d’œil dans ma direction, me repérer et s’arrêter dans son élan… le taquiner ainsi est un de mes passe-temps et j’ai souri en voyant sa mâchoire tomber devant le tableau de salope que je lui présentais, appuyée contre les coussins du canapé, une jambe relevée pour mieux montrer ma chatte juteuse, une peinture érotique pour sa délectation privée. Je savais qu’il n’en avait pas à la maison et qu’il donnerait n’importe quoi pour enfouir son visage dans ma chatte en ce moment même, mais j’avais une option plus jeune et plus excitante en route, alors je lui ai seulement souri et j’ai secoué la tête. Il est resté longtemps à me regarder jouer et j’ai savouré la sensation de ses yeux qui parcouraient mon corps, appréciant l’image de salope que je donnais.

Il s’est écoulé 45 longues minutes avant que j’entende une voiture s’arrêter et des pas sur mon chemin de gravier. J’ai levé les yeux et j’ai souri d’un air rêveur lorsqu’un jeune homme mince, probablement âgé d’une vingtaine d’années, s’est présenté à moi. Il était grand, d’allure athlétique et l’expression de son visage lorsqu’il a vu la salope étalée devant lui était parfaite… choqué pendant une seconde avant d’avoir un sourire narquois et il a accéléré, la main tendue vers la poignée de la porte, la poussant pour se tenir devant moi… manifestement, ma réputation me précédait.

Je l’ai regardé fixement pendant un long moment, mes doigts tournant autour de mon clitoris alors que je frissonnais sous l’effet de la sensation… ses yeux étaient rivés sur ma chatte, la pizza dans ses mains apparemment oubliée alors que je le voyais déglutir et bégayer « Votre commande, madame… ». J’ai souri plus largement, de façon ouverte et invitante, et je lui ai demandé s’il voulait son pourboire en liquide ou… ? J’ai laissé la phrase ouverte, lui offrant le choix entre un généreux pourboire en liquide ou la possibilité d’enfoncer sa bite dans ma chatte chaude et dévergondée alors que j’étais allongée sur le sol de la véranda, sans rien dire et consentante…

Il avale une autre gorgée avant de secouer la tête, les yeux remontant jusqu’à mes seins, la bouche bougeant alors qu’il force les mots « … pas en liquide… »

C’était tout ce que j’avais besoin d’entendre et je me suis levée langoureusement, tombant à genoux devant lui, mes doigts impatients atteignant sa fermeture éclair, la tirant vers le bas et passant ma main sur sa bite. Il était agréablement gros, déjà à moitié dur à la vue de mon corps vêtu de lingerie, et lorsque j’ai approché mon visage, me glissant dans son pantalon, tout ce que je pouvais sentir était le détergent à lessive et le savon… un si bon garçon…

J’ai entendu un souffle étranglé au-dessus de moi lorsque la pizza a touché le sol et j’ai niché dans sa bite, la sentant tressaillir contre mes lèvres tandis que je mordais son sous-vêtement, traçant les contours de sa bite là où elle était emprisonnée par le coton. J’ai soufflé de l’air chaud dessus et je l’ai sentie se contracter à nouveau, je ne pouvais pas m’empêcher de gémir, il allait avoir un goût si bon !

J’ai passé la main à l’intérieur de son sous-vêtement, sentant la peau lisse de sa bite, chaude et douce sous mes doigts, et je l’ai dégagée, poussant le pantalon et le sous-vêtement le long de ses cuisses… j’ai remarqué que les muscles de ses cuisses bien définies tremblaient et j’ai pensé qu’il était peut-être un coureur, ce qui, je l’espère, se traduirait par de l’endurance….

J’ai pris sa bite chaude et lisse dans ma main et je l’ai caressée de haut en bas tout en le regardant sous ses cils abaissés, m’assurant timidement que j’avais toute son attention. Il avait la bouche ouverte, les yeux fixés sur moi avec intensité, la respiration un peu plus lourde tandis que sa bite durcissait à mon contact, elle était grosse, pas la plus épaisse mais longue et maigre avec une tête bien définie, rouge et appétissante… il allait se sentir si bien enfoui au plus profond de ma gorge…

J’ai tendu la main vers l’avant et j’ai donné un baiser fugace à sa bite, le plus léger contact avec mes lèvres et je l’ai entendu haleter « Fuck… » Je n’ai pas pu m’empêcher de sourire, mes yeux se sont posés sur les siens alors que je tendais ma langue et commençais à la lécher, de minuscules tours de langue le long de sa tige jusqu’à ce que je touche ses couilles avec mon nez, ma langue tourbillonnant sur sa peau veloutée alors que j’en aspirais une délicatement dans ma bouche.

Un gémissement profond m’a dit qu’il aimait ce que je faisais et j’ai répété l’opération avec l’autre côté de sa queue, de minuscules léchements taquins, puis j’ai aspiré son autre couille profondément, en la faisant tournoyer avec ma langue, mes doigts se sont tendus vers sa longueur dure et j’ai fait rouler ses couilles dans ma bouche, en suçant la base de sa queue, en le sentant tressaillir et gémir. La sensation des couilles d’un étranger dans ma bouche était paradisiaque et je savais que ma chatte en manque dégoulinait, palpitait désespérément, suppliait qu’on la remplisse, mais j’avais besoin de sentir sa bite dans ma gorge d’abord…

Avec un bruit sec, j’ai lâché ses couilles et je l’ai regardé avec toute la luxure et le désir désespéré qui se lisaient sur mon visage… puis j’ai englouti sa bite avec ma bouche, avalant la tête et la suçant profondément, dodelinant de la tête, dévorant sa bite avec tout l’enthousiasme que j’avais. Avec un gémissement étranglé, les mains du pizzaïolo ont attrapé les côtés de ma tête, les doigts s’emmêlant dans mes cheveux alors qu’il me tirait instinctivement vers l’avant, désespérant d’enfouir sa bite dure dans ma gorge. Les hanches poussant vers moi… je l’ai laissé prendre le contrôle, avalant tout rond sa bite alors qu’elle envahissait ma bouche, heurtant le fond de ma gorge jusqu’à ce que je sois coincé contre lui, transpercé par sa bite, les doigts agrippant ses cuisses, le nez enfoui dans ses poils pubiens… étouffant, déchirant, mourant d’envie de respirer jusqu’à ce que je doive finalement me détacher, toussant et haletant.

Une seconde plus tard, j’étais de retour, les yeux fixés sur la bite couverte de bave qui jaillissait devant mon visage, tandis que je le suçais à nouveau profondément, salissant sa bite avec ma salive, des bruits de bave obscènes se faisant entendre dans la nuit silencieuse… Je me demandais si mon voisin regardait encore, mais je m’en fichais à ce moment-là, pas avec les gémissements délicieux du livreur de pizza… sa belle queue retenait toute mon attention, mon cul remuait tandis que je léchais et suçais comme une salope en manque, faisant l’amour à sa queue avec ma bouche…

Il a alors posé ses mains sur l’arrière de ma tête, me maintenant fermement alors que ses hanches commençaient à pomper lentement, accélérant progressivement, baisant mon visage alors que je bavais autour de sa longue bite dure, ses couilles claquaient contre mon menton alors qu’il possédait ma bouche…un pur bonheur, mon être entier condensé dans ce seul moment, la baise parfaite à genoux, les lèvres serrées autour de la bite d’un étranger, suçant fort, gémissant comme une chienne en chaleur.

  Coquine blonde baisée en double pénétration pendant l'orage

Je n’ai pas pu m’en empêcher alors qu’il baisait mon visage… J’ai enfoncé les bonnets de ma basque, attrapant et pétrissant mes seins, puis tirant et tordant mes mamelons alors que je le suçais profondément, des points de douleur jumeaux envoyant des secousses à ma chatte dégoulinante… J’étais si désespérée de jouir à ce moment-là, la merveilleuse bite enfin dans ma bouche après des heures d’anticipation m’envoyant au fond du gouffre.

Je n’ai pas pu rester comme ça, ma bouche est restée bloquée autour de sa bite pour toujours et je me suis retirée à nouveau, désespérément à la recherche d’air, un long fil de bave pendait de ma bouche à sa bite alors que je haletais et bâillonnais… Dieu sait de quelle salope j’avais l’air, le visage rouge, le mascara probablement taché par les larmes dans mes yeux, le rouge à lèvres certainement étalé partout sur la bite et les couilles d’un étranger. Mais cette délicieuse bite était toujours devant moi et j’avais besoin de la goûter à nouveau… ma main s’est tendue autour de sa taille et j’ai léché, sucé et bavé le long de sa bite avant de l’avaler à nouveau profondément. Je l’ai senti toucher le fond de ma gorge et je l’ai serré dans mon étreinte de salope alors qu’il gémissait profondément et respirait fort au-dessus de moi….’il a commencé à parler alors, se dirigeant vers l’orgasme alors que je bâillonnais sa grosse bite, une litanie de mots cochons tombant de ses lèvres…. « Oh putain…oui…prends-le…prends ma bite…putain de salope…oh mon dieu….vais jouir… ». Ses mots m’ont stimulée, si c’était possible, ma tête dodelinant d’avant en arrière, aspirant profondément, bavant tellement que je sentais la bave s’accumuler sur ma poitrine, glissant le long de mes seins qui se gonflaient….

Je sentais qu’il se préparait à éjaculer, ses couilles se resserraient tandis que je les doigtais, les muscles de ses cuisses se bloquaient, et je pense qu’il le savait, se retirant instinctivement, sa main atteignant sa bite tandis que je m’agenouillais devant lui, la bouche ouverte, aspirant au don de son sperme… sa main a commencé à caresser furieusement sa tige de haut en bas et avec un cri il a joui, le sperme frappant mon menton, ma bouche, mes nichons couverts de bave…

La sensation de sa semence chaude sur ma peau était incroyable, la sensation faisait picoter ma chatte en manque et je n’ai pas pu m’empêcher de gémir en tendant les bras et en passant mes doigts dans son sperme avant de les lécher, mes yeux rencontrant les siens où il se tenait, haletant, les doigts courant sur sa bite encore dure… J’ai souri en léchant mes doigts, repoussant mes cheveux en arrière, m’asseyant sur mes fesses, les jambes écartées, essayant de me remettre en place. Ça n’a pas marché, j’étais toujours une salope et je me demandais s’il savait à quel point le fait de sucer sa bite m’avait rendue humide, à quel point j’étais désespérée de sentir la jeune bite dure du livreur de pizza profondément enfoncée dans ma chatte en manque, là, sous mon porche.

J’ai passé ma main entre mes cuisses, faisant courir mes doigts dans mon jus et je les ai remontés pour lui montrer comme ils scintillaient. « Tu m’as mise en désordre », ai-je dit en faisant la moue, en montrant du geste le sperme sur mes seins, « tu ne crois pas que tu devrais nettoyer ton désordre ? ».

Avec un sourire, il s’est mis à genoux et a tendu la main non pas vers ma chatte comme je m’y attendais, mais vers mon sein droit, ses doigts parcourant son propre sperme tandis qu’il palpait mon sein, semblant tester son poids, le serrant et le piquant doucement, sentant sa douceur, le faisant rebondir. Il me regardait fasciné tandis qu’il touchait d’abord l’un puis l’autre, comme s’il n’arrivait pas à croire que je lui permettais d’y avoir accès, son attention étant totalement accaparée par mes gros seins rebondis et moelleux. Il a joué avec eux pendant un long moment, les pétrissant et les massant, tapotant mes tétons avec son pouce, les faisant tourner entre deux doigts, ce qui m’a fait retenir mon souffle lorsque j’ai senti la traction et la piqûre dans mon clitoris. C’était étrangement surréaliste, à genoux sur mon porche éclairé, l’obscurité nous entourant alors qu’un jeune homme, dont je ne connaissais pas le nom, me tripotait si intimement, le seul bruit étant notre respiration lourde mêlée et mes doux gémissements respiratoires alors qu’il explorait mes seins…

Enfin, avec un regard hésitant et gourmand sur mon visage, comme s’il me demandait la permission, il s’est penché en avant et a embrassé mon sein, sa langue s’avançant timidement pour lécher son propre sperme, maintenant étalé sur ma peau. Je n’ai pu m’empêcher de frissonner et de gémir à la sensation de ses lèvres sur ma peau, sa langue laissant une traînée argentée tandis qu’il léchait autour de mon mamelon dur, avant de finalement… finalement… le prendre entre ses dents et de tirer lentement, ce qui m’a fait gémir profondément et frissonner…..

Il m’a tirée sur ses genoux pour que je m’agenouille de part et d’autre de ses cuisses, mes seins étant presque au niveau de sa bouche….une main caressait mon autre sein, ses doigts pétrissant ma chair tandis qu’il caressait mon autre mamelon douloureux, léchant et suçotant ma peau. Son bras gauche m’encerclait, la paume chaude et plate contre mon dos, me maintenant en place tandis que je me tordais et gémissais, la tête tombant en arrière dans l’extase. Je pouvais ressentir chaque sensation comme un éclairage dans ma chatte alors que sa bouche possédait mes seins, passant de l’un à l’autre comme un homme obsédé, gobant ma chair dévergondée….

Je ne sais pas combien de temps nous sommes restés agenouillés sur le sol de ma véranda, tandis qu’il suçait et jouait avec mes seins, mais je sentais l’air se rafraîchir sur mes épaules tandis que je fixais le noir qui nous entourait et que je laissais un étranger se repaître de moi. À un moment donné, j’ai cru voir un mouvement dans l’obscurité et j’ai réalisé que mon voisin était de retour, plus près cette fois, les yeux rivés à la fenêtre, regardant le livreur de pizza me souiller…

Enfin, j’ai senti son attention se déplacer, ses mains m’ont poussée en arrière jusqu’à ce que je m’étende sur le sol, devant lui, les jambes écartées, la chatte rose exposée alors qu’il s’agenouillait entre mes jambes. Je gémissais et me tordais dans l’extase tandis qu’il jouait avec mes seins et que des doigts habiles couraient sur ma peau, atteignant ma chatte ruisselante, parcourant mes plis pour taquiner mon clitoris. C’était suffisant, surstimulée par l’attention du pizzaïolo sur mes seins sensibles, j’ai joui violemment, le dos cambré sur le sol, le corps tremblant, les muscles spasmés par la sensation écrasante de ses doigts jouant avec mon clito jusqu’à ce qu’il se penche en arrière et me regarde jouir, me tordant sur le sol… de longues vagues langoureuses de plaisir me traversant en cascade…

Alors que je redescendais, j’ai senti ses mains courir à nouveau sur mon corps, caressant doucement mon ventre, mes hanches et mes cuisses, comme s’il ne pouvait pas se passer de mes courbes douces, des différentes sensations de la peau et de la dentelle entre ses doigts là où il me touchait… J’ai alors tendu la main, saisi sa nuque, l’ai tirée vers le bas et l’ai embrassé, ma langue s’étendant pour lécher la sienne, la suçant avec lubricité, échangeant de la salive… « Baise-moi… s’il te plaît », ai-je murmuré à son oreille, ne cessant de le supplier, désespérée de sentir sa bite profondément enfoncée en moi, me remplissant, désespérée d’accomplir mon but…

J’ai à peine prononcé les mots qu’il s’est retiré, les mains écartant davantage mes jambes, la bite avide et nécessiteuse alignée, prête à partir. Ce doit être le bénéfice de la jeunesse, mais le fait d’avoir sucé mes nichons pendant si longtemps l’avait rendu dur comme de la pierre et je pouvais sentir son désespoir alors qu’il faisait monter et descendre sa bite dans ma chatte plusieurs fois avant de s’arrêter, haletant fort, me regardant là où j’étais allongée, si désespérée d’être remplie par la bite longue et dure d’un étranger. « Allez… » J’ai pleurniché, « baise-moi s’il te plaît bébé… j’ai besoin de ta bite en moi, s’il te plaît, j’ai besoin d’être baisée… »

Pendant un moment, aucun de nous deux n’a bougé, l’anticipation faisant durer le plaisir jusqu’à ce que, avec un grognement dur, il baise en moi, un pouce dur après l’autre, fendant ma chatte humide, s’enfouissant profondément, les couilles rebondissant contre mon cul. J’ai hurlé lorsqu’il m’a pénétrée, la force de son coup envoyant des feux d’artifice de plaisir à travers mon corps, me faisant trembler. Il a fait une pause, nous laissant tous les deux nous acclimater, puis il s’est retiré lentement, faisant glisser chaque centimètre, avant de faire une nouvelle pause et de s’enfoncer à nouveau avec force. Sa bite était un vrai bonheur à l’intérieur de moi, assez grosse pour étirer mes parois internes, avec une friction délicieuse, alors qu’il commençait à bouger lentement, se délectant de la sensation de ma chatte chaude et serrée, et ses hanches ont commencé à claquer et j’ai commencé à me baiser sérieusement, durement et rapidement, et un peu désespérément.

J’ai déjà essayé quelques services de livraison de plats à emporter dans mon quartier, mais ce garçon a reçu une critique cinq étoiles… Il n’était pas très fin, je ne pense pas qu’il ait beaucoup d’expérience, mais la jeunesse et l’enthousiasme comptent beaucoup et il a adopté un rythme effréné, ses hanches entrant et sortant, sa bite s’enfonçant profondément dans ma chatte en désordre, me faisant gémir et se tortiller autour de lui tandis que ses mains agrippaient et stabilisaient mon pelvis.

  Mon épouse adore tailler des queues

Il ne pensait pas vraiment à mon plaisir à ce moment-là, il se contentait de baiser une chatte chaude et juteuse, mais j’étais emportée par sa vague, les sensations venant du plus profond de moi alors qu’il possédait ma chatte avec sa bite, faisant trembler et chanter mon corps, ses yeux étant rivés sur mes seins frémissants.

Je sentais mon orgasme monter à nouveau lorsqu’il s’est penché, changeant délicieusement l’angle d’entrée et a pris un téton tremblant dans sa bouche, le suçant profondément, les sensations supplémentaires me poussant à l’extrême.

Son rythme de punition s’est à peine affaibli tandis que je spasmais sous lui, ses hanches faisant des va-et-vient incessants tandis qu’il me baisait jusqu’à la fin de mon orgasme… Sa bouche bougeait cependant, léchant aveuglément ma poitrine et ma gorge, ses yeux fixes sur mes lèvres jusqu’à ce qu’il s’appuie sur ses avant-bras, le corps encerclant le mien, et m’embrasse, sa langue léchant négligemment mes lèvres tandis qu’il haletait et gémissait, en rut comme un animal… J’étais entourée de lui, son corps recouvrant complètement le mien, sa bouche avide avalant mes gémissements et mes plaintes tandis que ses hanches allaient et venaient à la vitesse d’un lapin, son enthousiasme juvénile m’envahissant totalement. J’ai enroulé mes jambes autour de son torse, mes talons s’enfonçant dans son cul, et je me suis accrochée pour la vie tandis que sa bite dure comme de l’acier me violait…

Je le sentais de plus en plus excité, le rythme s’accélérait en quelque sorte lorsqu’il s’est soudain retiré, les doigts agrippés à la base de sa bite tandis qu’il haletait… « Mets-toi à genoux, salope… » me dit-il et je m’empresse d’obéir, me positionnant face à la porte d’entrée en verre, à quatre pattes, les seins couverts de sperme pendant comme des mamelles sous moi. Je n’ai pas pu m’empêcher de remuer mes fesses, les faisant osciller, juste pour sentir mes tétons rouges et serrés, rendus si sensibles par la succion et le léchage minutieux du livreur de pizza, frotter sur le plancher en bois avec un délicieux frottement.

J’ai senti des doigts sur mes fesses, qui les lissaient et les caressaient, avant de recevoir une gifle vive et intelligente sur une joue, qui m’a fait couiner. Puis des mains ont saisi la chair par poignées, secouant mon gros cul, le giflant à nouveau plusieurs fois, me faisant gémir et gémir…des doigts ont glissé le long de ma chatte, ont écarté mes fesses et ont caressé autour de mon trou du cul sensible, l’enfonçant un peu, avant de revenir, apparemment attirés comme un aimant, vers ma chatte humide et dégoulinante.

J’ai senti sa bite rebondir sur ma fesse, laissant une traînée de jus de chatte rafraîchissant, avant de glisser de haut en bas sur ma fente, passant devant mon clito, me taquinant. Je commençais à être désespérée, j’avais besoin d’être remplie, j’avais besoin de sentir à nouveau la bite de cet étranger profondément enfoncée en moi, j’avais besoin de son sperme qui s’échappait de moi et glissait le long de mes cuisses… J’ai remué mon cul à nouveau, en regardant par-dessus une épaule dans une supplication haletante et nécessiteuse, et j’ai finalement obtenu ma récompense….

Avec un cri et une glissade si forte qu’il m’a presque fait tomber de mes genoux, il a enfoncé sa bite profondément dans ma chatte juteuse, la baisant et l’expulsant avec force et rapidité. Ses doigts se sont enfoncés dans mes hanches charnues au point de laisser des bleus pendant qu’il me baisait, sa bite si profonde, possédant ma chatte en manque alors que je gémissais et pleurnichais sous lui.

Il était si profond, mais visiblement pas assez, car je l’ai senti passer de la position agenouillée à la position accroupie, tirant mon cul avec lui pour qu’il fasse pratiquement rebondir sa bite dans ma chatte ravagée, ses couilles rebondissant et claquant audiblement contre mon cul tandis qu’il frappait mon clitoris à chaque coup de reins qui enfonçait sa bite profondément en moi. Je l’ai senti gémir sous l’effet de la sensation altérée alors que les sensations de plaisir qu’il tirait de moi me faisaient gémir et crier continuellement… sa main a attrapé mes cheveux, poussant ma tête vers le sol, me faisant arquer mon dos et incliner mon cul plus haut pour qu’il ait un meilleur accès alors qu’il rebondissait, grognant à chaque impact.

J’avais irrésistiblement l’impression d’être un animal monté par le mâle de l’espèce alors qu’il me clouait au sol et me transperçait la chatte dégoulinante avec sa bite… Je pouvais sentir le bord de mon tapis contre ma joue alors qu’il me maintenait là, mes tétons sensibles glissant sur les planches de bois à cause de la force de ses poussées, je criais complètement à ce moment-là, un cri sans paroles, un cri hurlant, tellement lié à mon plaisir permanent que je ne me souciais pas de qui m’entendait alors que la grosse bite du livreur de pizza possédait ma chatte. Je ne sais pas si j’ai joui à nouveau, les sensations étaient si extrêmes que tout ce que je pouvais faire, c’était de surfer sur les vagues de plaisir que sa bite dure créait en moi, une poupée hurlante, gémissante et râleuse clouée au sol…

L’extase semblait durer une éternité jusqu’à ce que, haletant et gémissant, il ralentisse progressivement et, s’enfouissant profondément, enroule ses bras autour de ma taille, me tirant vers le haut tandis qu’il s’allonge. J’ai fini par m’accroupir au-dessus de sa bite alors qu’il était allongé sur le sol, directement face à la porte où mon voisin regardait… J’ai mis mes genoux sous moi et j’ai commencé à me tortiller, me délectant de la sensation de sa bite dure et grasse enfouie jusqu’à la garde dans ma chatte débraillée, mes doigts s’étirant pour pétrir et jouer avec mes nichons, la tête rejetée en arrière. Puis j’ai commencé à rebondir, faisant gémir et jurer le livreur de pizza à mesure que j’accélérais…

Je me suis tortillée sur sa queue, me penchant en avant pour saisir ses genoux pendant que je rebondissais, sentant ses doigts se tendre vers l’avant pour glisser sur mes fesses charnues qui rebondissaient devant lui, recevant une autre gifle pour ma peine… J’ai remarqué que mon voisin s’était avancé, qu’il se tenait devant la porte d’entrée et que nos yeux s’étaient croisés et verrouillés alors qu’il me regardait rebondir, les seins tremblants, les boucles volant tandis que je chevauchais la bite dure du livreur de pizza… je savourais l’expression de perversion avide sur le visage de mon voisin qui frottait sa bite potelée à travers son pantalon.

Je me suis alors redressée, les mains glissant sur mon corps, dans mes cheveux, soulevant mes seins tremblants, les mamelons rouges et gonflés après avoir été raclés sur le sol, vers lui… Je pouvais le voir respirer fort en nous regardant, mais à ce moment-là, j’ai senti des doigts forts saisir mes coudes, me tirant en arrière alors que je me relevais pour m’accroupir et continuer mes rebondissements délirants… glissant de haut en bas sur la longue et dure bite du livreur de pizza. Le nouvel angle étirant ma chatte, l’exposant par coïncidence, humide et rose, s’ouvrait maintenant autour de la grosse bite, directement à mon voisin….

Mais je m’en moque, j’étais plongée dans les sensations créées par cette nouvelle position, me faisant monter et descendre sur la bite enfouie dans ma chatte, sentant chaque glissement lorsque le livreur de pizza a commencé à bouger, pompant ses hanches pour baiser dans ma chatte ouverte et consentante, reprenant le contrôle après mon tour de le chevaucher. … la sensation de sa bite qui bougeait et pompait en moi sous ce nouvel angle m’a fait atteindre le bord et avant que je puisse respirer, je jouissais à nouveau, mes muscles se contractant dans un cri sans paroles alors que je jouissais si fort que j’ai giclé sur le sol, mon jus éclaboussant le tapis et la vitre de la porte d’entrée…

Je n’ai pas pu me retenir alors que mon orgasme me submergeait et j’ai senti le pizzaiolo m’agripper les épaules pour empêcher ma tête de se heurter à la sienne alors que j’avais des spasmes et que je m’agitais sur lui… Il m’a poussée sur le côté, sa bite glissant hors de ma chatte glissante alors qu’il se mettait à genoux, désespéré d’être à nouveau en moi, là où je gisais, haletant et tressautant dans l’extase…

Il était sur moi en une seconde, des mains avides manipulant mon corps mou, écartant mes jambes, ses doigts parcourant mon jus tandis qu’il palpait frénétiquement sa bite, l’alignant et l’enfonçant à nouveau dans ma chatte, s’effondrant sur ses avant-bras tandis que ses hanches claquaient d’avant en arrière, établissant un rythme punitif… Je venais à peine de redescendre de mon orgasme et sa baise sauvage faisait trembler mon corps, mes seins se balançant tandis que je prenais tout ce qu’il pouvait m’offrir…

Je pouvais l’entendre haleter et grogner comme un animal dans mon oreille pendant qu’il me baisait, se déplaçant d’une certaine manière encore plus vite à mesure que son orgasme montait et que la litanie de mots recommençait… Je ne pense pas qu’il se soit même rendu compte qu’il le faisait, un flot de « Oui,,oui…putain…prends-le…prends ma bite…salope…putain…oui » encore et encore pendant qu’il me martelait. Je pouvais sentir son sperme gicler en moi, peindre mes murs où je gisais tremblante et sensible sous lui avant qu’il ne s’arrête, haletant désespérément dans mon oreille, un poids lourd me clouant au sol… « Prends mon sperme, sale pute » a-t-il murmuré avec satisfaction et j’ai gémi à la vision d’un étranger que je ne connaissais pas en train de jouir en moi…. « Il avait raison et il le savait, j’étais une sale pute en manque de sperme… c’est pourquoi j’ai laissé un homme que je ne connaissais pas posséder ma chatte sur le sol de mon porche. Il m’a alors embrassée, humide et sale, sa langue léchant ma joue où son sperme de tout à l’heure restait encore, tandis qu’il bougeait lentement ses hanches, se délectant de la sensation de ma chatte remplie de sperme serrant sa bite tandis que je gémissais dans sa bouche…

  Erreur de pipe en état d'ébriété

Finalement, il s’est retiré, sa bite glissant avec un bruit sec et une giclée de sperme glissant de ma chatte et coulant le long de mes cuisses, sa bite encore dure étant gluante de nos jus combinés… Mes jambes se sont ouvertes lorsque son sperme a commencé à refroidir sur ma peau… J’aimais la sensation d’avoir été bien utilisée et récompensée par cet étranger. Je voulais nettoyer sa bite mais je n’arrivais pas à bouger, mes membres tremblaient encore sous l’effet de mes orgasmes et de la férocité de sa baise. Je l’ai regardé se lever… il devait savoir, ou ne pas se soucier de mon opinion, parce qu’il est venu et s’est accroupi au-dessus de moi, les jambes de chaque côté de ma tête, la bite visqueuse obscène devant moi et l’a fourrée dans ma bouche consentante pendant que je la léchais et la suçais pour qu’elle soit propre.

Enfin, c’était fini, il s’est remis debout, a enfilé son pantalon et m’a regardée, toujours allongée sur le sol, les doigts taquinant doucement mes mamelons roses gonflés, l’esprit rempli des sensations de picotement de mon corps…. « Merci pour le pourboire, salope », a-t-il dit, « commandez à nouveau bientôt… » et il a ouvert la porte pour s’en aller… Je n’ai jamais pensé à lui demander son nom…

Mon porche est resté silencieux pendant de longues minutes alors que je continuais à m’allonger sur le sol, le corps refroidissant, sentant ma chatte picoter et pulser là où elle avait été bien utilisée… Je n’ai pas bougé de ma place, j’avais le sentiment que j’aurais bientôt un autre visiteur… et j’avais raison…

J’ai entendu la porte s’ouvrir à nouveau en grinçant, des pas légers, puis j’ai vu mon voisin, Roger, qui me regardait. Je dois vous expliquer que Roger est un homme âgé, pouponné par une femme ennuyeuse, et je considère comme un devoir civique de le laisser me regarder dans ma lingerie, lécher ma chatte et jouir sur mes seins de temps en temps. Parfois, je lui suce la queue, si je pense qu’il le mérite, mais il ne m’a jamais baisée, bien qu’il me l’ait demandé à maintes reprises… J’adore taquiner Roger et il semble assez satisfait de cet arrangement. Il ne m’avait jamais regardé me faire canarder auparavant et à en juger par le bourrelet proéminent de son pantalon, je pense qu’il a apprécié le spectacle.

Ce soir-là, je lui ai souri alors qu’il se tenait devant lui, une main massant sa bite dans son pantalon, regardant l’image de salope que je lui présentais, en sueur et tachée de sperme, bien baisée par la bite d’un garçon étrange… « Bonjour Roger, ça t’a plu de regarder le livreur de pizza ? » Il a souri, un sourire gourmand et pervers, je soupçonne Roger d’avoir des fétiches et des fantasmes dont il ne m’a jamais parlé, avant d’acquiescer, de se mettre à genoux comme s’il était hypnotisé, de regarder mes seins qui se soulevaient et se sentaient, les mamelons froncés et tendus dans l’air frais du soir….

Roger adore sucer mes seins, parfois c’est tout ce qu’il veut et il passe des heures, quand sa femme est sortie, à lécher et à sucer, à pétrir et à masser mon autre sein pendant qu’il s’y accroche. Je l’ai vu vouloir les sucer ce soir, pour nettoyer le sperme sur ma peau et se régaler de la crème qui s’échappe de ma chatte juteuse… J’ai tendu la main pour prendre un sein débordant, l’offrant à sa bouche avide et il a sauté sur l’occasion, s’agenouillant en supplication, les lèvres se refermant sur mon mamelon alors qu’il gobait mon sein, le suçant profondément, des doigts avides s’approchant pour pincer et presser la peau de mon autre sein.

La sensation sur mes mamelons déjà sensibles était incroyable, sa bouche chaude et humide, sa salive laissant une traînée de relief frais alors qu’il léchait, me faisant gémir et me tortiller sous lui alors qu’il faisait rouler mon mamelon entre ses doigts…Je haletais alors, déjà sur le fil de mon expérience précédente avec le livreur de pizza, Roger m’entraînait vers l’orgasme avec sa bouche dévergondée…J’allais éjaculer….

Je respirais fort, gémissais, me tordais sur le sol sous ses lèvres et ses doigts, tandis qu’il enfouissait son visage dans mes seins moelleux et pinçait fort mes deux mamelons… ça a marché, mon corps a eu des spasmes et j’ai joui à nouveau, rapidement et brusquement, tremblant et frémissant tandis que Roger se rapprochait, des doigts avides se glissant le long de mon corps pour se faufiler dans ma chatte débraillée. Je l’ai senti écarter les lèvres de ma chatte, les doigts glissant sur mes plis, encerclant mon clito avant qu’il ne lève la tête, fixant mon visage avec désespoir…. « Je peux ? » Il m’a suppliée et j’ai acquiescé, sans me soucier le moins du monde de ce qu’il voulait faire, emportée par l’immobilité rêveuse qui semblait nous laisser tous les deux marqués sur une île dans l’obscurité, flottant sur des sensations… en équilibre sur le point d’atteindre un autre orgasme.

Roger a descendu le long de mon corps, se penchant pour s’agenouiller entre mes jambes, le visage à quelques centimètres de ma chatte humide… il a respiré profondément, savourant l’odeur de mon sperme, mêlée à celle du livreur de pizza, avant de s’y enfoncer, les lèvres claquant, embrassant et léchant l’intérieur de mes cuisses avant d’enfouir sa tête dans ma chatte avec un gémissement. J’ai regardé paresseusement le sommet de sa tête tandis qu’il gobait et bavait avidement dans ma chatte débraillée, léchant mes plis, chassant le sperme du livreur de pizza avec le désespoir d’un homme affamé. Les bruits étaient obscènes dans la nuit calme et solitaire et je ne pouvais pas m’empêcher d’imaginer l’image que nous donnions… une salope couverte de sperme se tortillant sur le sol avec la tête d’un vieil homme enfouie dans sa chatte. C’était la première fois qu’il me dévorait après que j’ai laissé un autre homme jouir en moi et son niveau d’enthousiasme m’a surprise, il avait toujours aimé lécher ma chatte auparavant mais son plaisir évident maintenant était autre chose.

La sensation de cet homme dévorant goulûment ma chatte était incroyable et je ne pouvais m’empêcher de gémir, les mains se tendant instinctivement pour attraper ses cheveux grisonnants et le pousser plus profondément… Je me suis tortillée, broyant ma chatte contre sa langue en quête, la sentant me poignarder et m’enfoncer tandis qu’il chassait le sperme laissé par le livreur de pizzas. Je n’avais jamais vraiment récupéré de mon dernier orgasme, sur le fil du rasoir, un flux constant de plaisir m’a fait jouir à nouveau, ou continuer à jouir, je ne suis pas sûre, alors qu’il suçait mon clito et baisait ma chatte dévergondée avec sa langue, ses doigts me poussant à m’ouvrir pour qu’il puisse pénétrer plus profondément. Je sentais le plaisir monter et descendre au fur et à mesure que je me déhanchais, les doigts de Roger s’enfonçant profondément dans mes cuisses tandis que je chevauchais sa langue….Je me moquais de savoir s’il pouvait respirer, j’avais juste besoin de continuer à jouir…

Je me suis noyée dans un océan de sensations alors que je me convulsais sur le sol, que je gémissais constamment, sans mot, que je haletais, que le sperme jaillissait de moi… Je ne sais pas combien de temps Roger a adoré ma chatte dégoulinante, mais finalement, les sensations sont devenues trop fortes et j’ai repoussé son visage en m’allongeant pour tressaillir, avoir des spasmes et éjaculer à nouveau sans être touchée…

J’ai vu Roger lever la tête, le visage couvert et gluant de sperme alors qu’il me regardait jouir… le désir se lisait sur son visage…

Il était à genoux maintenant, les doigts enfoncés dans son pantalon ouvert, branlant frénétiquement sa bite alors qu’il regardait mon corps de salope se tordre et se contracter de plaisir…. « jouis… » Je gémis « tu peux jouir… sur mes seins Roger… ». Je savais qu’il aimait ça, qu’il aimait marquer mes seins de son sperme, et qu’il méritait une récompense après m’avoir fait gicler et jaillir comme il l’avait fait.

Il s’est levé d’un bond, courbé sur lui-même, toujours en train de se déshabiller frénétiquement, un air de concentration ravie sur le visage alors qu’il fixait sa bite et mes seins en dessous… Je savais qu’il allait jouir d’un moment à l’autre, tellement il était stimulé par le fait de jouer avec mes seins de salope et de manger ma chatte débraillée remplie du sperme d’un étranger. … puis il a joui, des cordes chaudes frappant mes seins, alors qu’il gémissait fort, plié presque en deux sur sa bite… J’ai baissé la main, passant un doigt dans son sperme, le léchant pour le faire gémir à nouveau. J’ai souri : « Tu es content Roger ? » J’ai demandé et il a hoché la tête avec reconnaissance, souriant un peu étourdiment. Je me suis légèrement redressé en m’appuyant sur mes coudes pour examiner mon corps couvert de sueur et de sperme… Je pouvais encore ressentir des répliques de plaisir chaque fois que je bougeais et j’aurais peut-être laissé Roger me baiser pour une fois, je me sentais si bien, mais il se faisait tard et je savais que sa femme l’attendait… « Rentrez chez vous Roger », lui ai-je dit, et après avoir jeté un long regard en arrière, il a remonté son pantalon et s’est dirigé vers la porte…

Je me suis décollé du sol et, rassasié, je suis entré… la pizza était froide, mais délicieuse.